CANDLESANGUE

CANDLESANGUE

est un duo  de musique électronique où nous partageons avec Emmanuel Candeias la création et la composition des morceaux. Le principe de lnos compositions s’appuie sur la transformation de matières sonores. Celles-ci résultent de sons pré-enregistrés et de sons acoustiques. Electronique, expérimentale, concrète, la musique de transformation qui en résulte ne pose pas de frontière quant aux formes sonores.

http://candlesangue.com/

« SOUFFLE »

« Souffle » est une performance musicale dont la matière première est générée en direct par l’accordéon et la voix.
Elle joue de sa propre mécanique, de sa propre chair. Bruts et transformés, les sons se détachent de leurs origines.
Voyage oscillatoire et vital, il place l’écoute au départ de la production du souffle et du son pour pouvoir le révéler. Il parle du vivant, des moindres roulements, muscles, écrous qui permettent de faire entrer l’auditeur dans une macro-sonore.
Non pas le souffle seulement comme mouvement d’air, de pression et décompression, mais « Souffle » comme mécanique constituée de nombreux éléments qui induisent sa fabrication : bouche, langue, mécanique des clés, des registres, cage de l’instrument.

« CARGO FANTOME »

Journée nationale du patrimoine de Pantin. Septembre 2013.
Musique: Pierre Mourles et Emmanuel Candeias
Lumière: Eric Lebellec
Projet en collaboration avec Christine Groult

À la nuit tombée, la musique et les lumières sculptent les anciens entrepôts de CCIP de la ville de Paris et soulignent ses détails architecturaux.
Aux postes de commande, le public participe en temps réel aux compositions.

Eau, béton, métal, verre, le « Cargo Fantôme » permet d’invoquer la mémoire industrielle d’un bâtiment à l’abandon. Entre espaces vides et fresques murales, l’ancien entrepôt des douanes de Pantin (CCIP) va se transformer définitivement pour être réhabilité. Ce projet de mise en sons et en lumières du bâtiment permet de mettre en valeur une architecture singulière. Il donne également la parole une dernière fois aux fresques, aux griffes d’expressions et accès de colère qui marquent ses murs.

Prises de sons, jeux sonores avec du verre, des cailloux, barre de métal résonnante, course effrénée pour tracer l’espace, vibration de portes cadenassées, nous avons travaillé à partir des matériaux présents sur le site. Le projet tente de retranscrire la mémoire résonante des espaces avec ces sons.
Musique de matières,  il s’est agit également de permettre au public de manipuler les sons en direct. Stations de jeux et contrôleurs midi à l’appui, il y a eu ce temps, même si court soit-il, d’un partage de la célébration.